Quel tarif prosumer choisirez-vous ?

12/11/2018

L’arrêt rendu le 23 octobre dernier par la cour d’appel de Liège au sujet de la redevance photovoltaïque a déjà été commenté. Nous jugeons pourtant utile d’y revenir pour exprimer un point de vue que nous n’avons pas retrouvé dans les avis rapportés par les médias.

Pour rappel, l’arrêt indique « que cette redevance ne peut entrer en vigueur tant que la possibilité de remplacer les compteurs à simple flux (ndlr : qui tournent à l’envers) par des compteurs à double flux (ndlr : qui mesurent séparément ce qui est prélevé du réseau de ce qui y est injecté) ne serait pas matériellement réalisable par les GRD ».

Bien que les distributeurs ne déploieront leurs compteurs intelligents qu’à partir de 2023, des compteurs électroniques (non communicants) permettant un comptage double flux sont cependant déjà disponibles actuellement et permettent de répondre à la condition mise en avant par la cour.

Le tarif frappant les petits producteurs photovoltaïques sera donc bel et bien applicable (et probablement appliqué) à partir de 2020.

La réflexion à se poser est dès lors d’adopter la meilleure attitude face à ce tarif : c’est-à-dire soit choisir de payer le forfait soit choisir de faire installer un compteur double flux et de payer le tarif calculé.

De notre analyse, il semble qu’opter pour le forfait et donc ne pas faire installer de compteur double flux semble à recommander pour la plupart des cas. Nous vous avons livré les explications il y a plus d’un an déjà dans notre news du 19 juillet 2017 intitulée « Que faire face à la redevance photovoltaïque ? ».

Il y a lieu d’ajouter que le coût pour le placement d’un compteur « double flux » (permettant d’appliquer un éventuel tarif plus favorable plutôt que le forfait) devrait s’élever à environ 150 €. Ce montant devrait être à charge du producteur alors que ledit compteur sera de toute façon remplacé lors du déploiement des compteurs intelligents.

Une piste d’optimisation sera sans doute (une fois que les compteurs intelligents auront été déployés) la possibilité de partager son énergie avec ses voisins dans le cadre de l’autoconsommation collective à laquelle le Gouvernement wallon vient d’ouvrir une porte. Nous y reviendrons dans une prochaine news.

Cet article pourrait également vous intéresser:

- 20/09/2018 : Certificats verts, 10 ou 15 ans?

- 01/02/2018 : Ne laissez pas périmer vos certificats verts !